Tanguy Auspert, à la tête du Foyer Jambois


Septembre 2019 – Interview accordée à la publication trimestrielle "Coté Jambes" éditée par le Syndicat d'Initiative de Jambes.



« Monsieur Auspert, comme homme politique vous êtes une figure connue des Jambois et des Namurois, comment vous êtes-vous retrouvé Président du Foyer Jambois ? »
Suite aux dernières élections communales et lors du conseil d’administration du 18 juin 2019 un renouvellement s’est opéré au niveau du conseil d’administration et j’ai été désigné comme président du conseil d’administration en remplacement de Fabian Martin qui avait été désigné à ce poste après les élections communales du 14/10/2012.

« Quelles autres personnalités l’ont été avant vous ? »
Plusieurs personnes bien connues des Jambois.
Il y a eu Thibaut de Maizières (de 1928 à 1941), Jean Materne (de 1941 à 1964), Raymond Materne (de 1964 à 1978), Henri Hallet (de 1978 à 1988), Jacquie Chenoy (de 1998 à 2010), Bernard Poncelet (de 2010 à 2013) et Fabian Martin (de 2013 à 2019).

« C’est votre premier contact avec cette société de logement ? »
Absolument pas, je suis administrateur du Foyer Jambois depuis plus de 20 ans et j’en connais parfaitement les rouages.

« Pouvez-vous nous retracer brièvement l’historique de l’action du Foyer Jambois ? »
Créé par la Commune de Jambes en février 1928, le Foyer Jambois a toujours eu pour mission d’assurer un logement salubre, confortable au prix abordable au profit des moins bien nantis. Avant 1940, 123 logements ont été construits par le Foyer Jambois.
Le Foyer Jambois a augmenté son patrimoine immobilier de 548 maisons et appartements entre 1949 et 1960 puis de 1.120 logements entre 1960 et 1982.
De 1982 à 1990, le Foyer Jambois n’a plus construit de nouvelles habitations mais a valorisé certains immeubles existant en aménageant des combles spacieux (22 appartements mansardés) et en recyclant des espaces inexploités destinés aux services techniques (4 appartements).
1993-1994 sont des années axées sur l’animation socio-culturelle des quartiers (principalement dans le quartier des Comognes).
Au début des années 2000 le secteur des logements sociaux est régionalisé et le Foyer Jambois dépend depuis lors de la Société Wallonne du Logement (SWL).
Le Foyer Jambois investit depuis lors dans la rénovation, la mise aux normes (électricité, ascenseurs, etc…), l’amélioration des logements qui commencent à vieillir et continue de créer de nouveaux logements mais élargit le champ de ses bénéficiaires :
• logements moyens : destinés aux revenus moyens, supérieurs aux revenus modestes
• logements à loyer d’équilibre : loyer déterminé en fonction de la valeur locative d’un logement similaire dans la commune
• logements résidence-services sociale : loyers abordables avec mixité sociale et liaison avec maison de repos et maison de repos et soins. Ce projet a vu le jour en collaboration avec le CPAS à la résidence des Chardonnerets, rue de Dave.

Depuis sa création, le Foyer n’a cessé d’investir pour atteindre, aujourd’hui 1.556 logements
à gérer pour, environ, 3.350 habitants (soit 20 à 25% de la population jamboise):
- 1.474 logements sociaux ;
- 7 logements de transit (incendie, crise conjugale…) ;
- 43 logements moyens ;
- 4 logements à loyer d’équilibre;
- 28 logements résidence-services sociale.


« Le Foyer Jambois est aussi actif au niveau éducation et culture, pouvez-vous nous en dire plus ? »
En parallèle de sa politique de logements, le Foyer Jambois assure une politique sociale au coeur de Jambes (Jambes Comognes, Petit Ry, Mascaux, Sedent), via notamment l’ASBL « Jambes Social et Culturel » dont je suis l'un des fondateurs. L’ASBL fut créée par le Foyer Jambois. Elle est financée à 85 % par lui, 15 % sont financés par la Ville et l’ONE.
L’ASBL gère les espaces communautaires de quartiers jambois, organise les plaines d’été pour les enfants…
Mais elle a aussi mis sur pied une école des devoirs pas comme les autres.
Depuis la rentrée scolaire de 2015, un atelier « soutien ados » a vu le jour. Il regroupe des activités d’école des devoirs et des ateliers de sensibilisation. Cet atelier est accessible aux jeunes à partir de 12 ans qui entrent dans l’enseignement secondaire. Cette activité n’est pas limitée aux habitants du quartier mais est ouverte à tous, dans un souci de mixité sociale.
En plus du soutien purement scolaire, des animations sont proposées sur des thématiques bien précises qui touchent les adolescents : violence, harcèlement…Elle est encadrée par deux éducateurs et deux bénévoles. Actuellement, entre 12 et 15 jeunes sont pris en charge.
Les actions parallèles du Foyer Jambois ne se limitent, évidemment, pas aux jeunes. Ses acteurs mènent également diverses activités au profit des personnes âgées et isolées :
- Les rencontres « cougnous » réservées aux plus de 60 ans.
- Les bricoleuses du lundi : un moment détente (tricot, crochet,…) pour toutes les personnes seules ou intéressées
- Les après-midis récréatifs et musicaux : organisées une à deux fois par an.
- Des excursions accessibles aux personnes à mobilité réduite (Euro Disney, Pairi Daiza,…).

« Quels projets comptez-vous piloter pendant votre mandat ?
Tout d’abord la construction du nouveau siège social, rue du Parc d’Amée.
Un projet qui se débloque suite à la récente décision d’Infrabel de supprimer le passage à niveau et de créer un passage sous voies en remplacement. Autrement dit, plus aucune incompatibilité ne subsiste pour que les deux projets se réalisent conjointement.
Infrabel a d’ailleurs confirmé, en date du 12 août dernier, qu’elle n’avait plus d’objections à formuler quant à la réalisation du projet. Il ne reste plus qu’à attendre la validation de la demande du permis d’urbanisme suivi de l’octroi.
Ce projet vise surtout tout le personnel (46 membres) avec des conditions de travail optimales qui permettent un travail de qualité.
Un budget d’environ deux millions d’euros est financé en partie sur fonds propres et en partie par emprunt.
Le développement d’un autre projet est à l’étude, au coeur de Jambes. Les négociations sont en cours avec la Ville de Namur. Suite au futur déménagement du Conservatoire rue Rogier, les immeubles n° 164, 166, 168, 170 de l’Avenue Jean Materne, propriétés de la Ville se libèrent et représenteront une occasion à saisir.
Le but serait, après aménagements, d’y déplacer la crèche la Ribambelle (crèche communale) dans un vaste local au rez-de-chaussée agrémenté d’un jardin. L’équipement et la gestion seraient pris en charge par la Sonefa. À l’étage 19 logements entièrement adaptés aux personnes à mobilité réduite.
Cette partie serait prise en charge par le Foyer Jambois. En terme de potentialité, les différents bâtiments représentent une surface de 1.424 m² de plancher. Après un accord du conseil d’administration du Foyer Jambois et du collège communal, une étude de faisabilité sera mise sur les rails.
Ce projet permettrait d’embellir le centre de Jambes tout en permettant à des personnes moins valides de pouvoir s’épanouir à proximité des commerces, du marché hebdomadaire, de l’Horeca voisin et des transports publics.
Néanmoins, le Foyer Jambois n’oublie pas ses locataires. Ainsi notre société de logements est inscrite au second volet de l’axe 2 du programme d’investissements « Impulsion Logement » de la Société wallonne du Logement (SWL): rénovation et optimisation énergétique 2019.
Au total, 68 logements (32 maisons et 36 appartements) devraient bénéficier de rénovations substantielles pour un montant total de 3.356.409 euros dont 2.517.307 euros de subsides.
Ces futurs travaux d’isolation seront réalisés dans les habitations de Jambes-Comognes, rue du Petit Ry, rue Karler, rue Eloy et rue Stevenne. Un début des travaux est à prévoir en 2021.

Tanguy Auspert, à la tête du Foyer Jambois