Loyers, église Saint Sébastien, restauration de la théothèque


Janvier 2019 - Les fidèles de la paroisse Saint- Sébastien à Loyers sont des privilégiés. Le chœur de leur petite église abrite une pièce aussi rare qu'originale du patrimoine religieux, une théothèque. Ou encore une ''tour du Saint-Sacrement'' qui vient d'être restaurée. A découvrir, à admirer, dans l'église de Loyers ouverte désormais en permanence.



Les théothèques ou encore tours eucharistiques viennent d'Allemagne. Entre le 15e et le 17e siècle, elles ont trouvé leur place dans les églises de France, de Suisse ou encore d'Italie pour finalement être oubliées. En Belgique, ces ''meubles'' de pierre qui permettaient une exposition permanente du Saint-Sacrement ont quasi disparu.

Loyers est encore une des rares paroisses à posséder une théothèque. Voilà bien un objet qui a dû interpeller plus d'un fidèle, plus d'un visiteur! La théothèque se trouve sur la gauche du chœur, la partie la plus ancienne de l'église de Loyers. Construction qui a plus de 700 ans et remonte ainsi à une époque où l'église n'était encore que chapelle.

La théothèque est, elle, moins ancienne. Sur la partie basse, on peut lire une date, 1584. La tour eucharistique est imposante, figée dans le mur, elle mesure 2m50 de haut. Elle est réalisée, sculptée, dans une pierre très friable, le tuffeau de Maastricht.
Au fil des années, la belle couleur du tuffeau - un ocre très pâle - avait viré au noir! Il était devenu impossible de se rendre compte de la beauté mais aussi de la finesse des sculptures. Il y a une quinzaine d'années, la décision était prise: il fallait rénover cette œuvre d'art. Le conseil de fabrique n'a pas ménagé ses efforts. Dans un premier temps, la Région wallonne a permis de financer l'étude de faisabilité réalisée par les scientifiques de l'IRPA (Institut Royal du Patrimoine Artistique). Après une réponse positive, de nouvelles démarches étaient entamées pour, cette fois, le financement des travaux de conservation-rénovation. Le Fonds Léon Courtin - Marcelle Bouché de la Fondation Roi Baudouin a financé le chantier.

Les agendas des spécialistes de l'IRPA étant surchargés, c'est la société spécialisée d'Oosterzele Lapis Arte qui s'est chargée du travail. Deux artisans, de véritables artistes, ont travaillé durant six jours pour nettoyer l'édicule et faire réapparaître toute la finesse des sculpture. Un troisième s'est chargé de la rénovation de la grille.

Décrypter la théothèque
Cette théothèque est une véritable catéchèse. Dans le bas de l'édifice, des fruits ont été sculptés ainsi que la date de son année de création. Au niveau supérieur, des représentations des quatre évangélistes séparés par des grilles qui protégeaient le Saint- Sacrement. L'artisan a retrouvé la couleur de départ de la grille: une couleur brique en lieu et place du vert bronze. Au ''troisième étage'', une représentation de la cène avec, de part et d'autre, une illustration de la récolte de la manne et une de la rencontre de Melchisédech et d'Abraham. Une théothèque qui se termine par un pélican et ses petits, autre symbole de l'eucharistie. Des artisans qui, au cours de leur travail, ont encore retrouvé de rares traces de polychromie.

Une théothèque que l'on doit à la veuve du Seigneur de Loyi. Après le décès de son mari, elle a fait construire cette tour pour protéger, des vandales, le Saint-Sacrement.
Le conseil de fabrique a profité de la messe de la saint Sébastien, le patron de la paroisse pour remercier tous ceux qui ont permis la concrétisation de cette belle et longue aventure patrimoniale. Les paroissiens ont aussi pu admirer toute la beauté de cette sculpture. Pour permettre à chacun de découvrir cette pièce exceptionnelle, après sécurisation des lieux, l'église sera dorénavant ouverte tous les jours au public.
(SOURCE : Diocèse de Namur)


Loyers, église Saint Sébastien, restauration de la théothèque