Le projet d'extension de l'école de Loyers


L’école de Loyers devrait bientôt bénéficier de son extension tant attendue. Le permis d’urbanisme étant déposé, l’enquête publique est en cours. Les besoins de l’école et les revendications des riverains ont été pris en compte pour que le nouveau projet convienne à tous. La décision du fonctionnaire délégué devrait tomber en mai prochain.



Voilà déjà de nombreuses années que l’école de Loyers doit faire face à un manque de place criant pour organiser ses activités pédagogiques de façon optimale.

Le premier projet (2011) et le second (2013) n’ayant pas pu se concrétiser en raisons de revendications diverses des riverains, l’Echevin du Patrimoine Tanguy Auspert compte bien sur les qualités de ce troisième projet pour que celui-ci corresponde enfin aux attentes des uns et des autres.

Un nouveau projet adapté pour tous
Pour rappel, le nouveau bâtiment viendra en lieu et place de l’ancienne supérette, qui sera démolie. La nouvelle construction sera vouée à accueillir les trois classes maternelles. Les cinq classes primaires, quant à elles, resteront dans le bâtiment existant.

A noter qu’il y aura donc désormais 3 locaux libérés dans l’ancien bâtiment puisqu’il s’agit d’un déménagement. Un de ceux-ci accueillera les cours spéciaux tels que les cours philosophiques (classe située dans un module actuellement, mais qui disparaitra avec la nouvelle construction), un autre deviendra une salle des profs, et le dernier devrait probablement fusionner avec une autre classe pour avoir plus d’espace.
Quoiqu’il en soit, les nouveaux plans de l’extension semblent en tous points correspondre aux attentes de l’école et des riverains.

Rencontre des besoins de l’école :
- Un véritable réfectoire, capable d’accueillir tous les élèves (pour rappel, la plupart d’entre eux mangent actuellement en classe, seuls les diners complets pouvant manger dans un module préfabriqué).
- Uniquement des classes en ‘dur’, avec la disparition des modules
- Davantage d’espace dans les classes
- Une salle des professeurs qui n’existait pas encore
- Un local sieste pour les tout petits
- Une nouvelle cour de récré pour les maternelles

Prise en compte des inquiétudes des riverains :
- Un bâtiment moins élevé par rapport au dernier projet, pour réduire au maximum les zones d’ombres qu’engendre le bâtiment du côté de la rue Belair.
Ces changements ont été rendus possibles grâce à la construction du bâtiment en demi-niveaux (le réfectoire étant désormais semi-enterré).
- Une solution aux problèmes de stationnement : La Ville mettra en place un dépose-minute en L le long du nouveau bâtiment, en dégageant un trottoir encore inexistant. La mise à sens unique de la rue de Belair permettra aux parents de s’arrêter et de déposer leurs enfants en zone sécurisée. Cela devrait permettre de désengorger une partie du stationnement rue de Maizeret. A noter également que l’école réfléchit elle aussi à cette problématique en mettant sur pied un système de pédibus.
- Le réfectoire ne pourra pas servir de salle de fêtes pour les week-ends.
- Possibilité d’aménager un ascenseur PMR

Bien entendu, L’aspect énergétique a également été pris en considération : le bâtiment sera bien isolé et ventilé.

L’aspect acoustique sera également pris en compte au niveau de la cour de récréation. Un mur aura une fonction acoustique avec la pose d’une isolation. Il en sera de même avec le plafond du préau.

Programme Prioritaire des Travaux

A l’initiative de l’échevin Tanguy Auspert, une demande d’inscription du projet d’extension a été introduite en 2009 afin de pouvoir figurer sur la liste des projets éligibles au Programme Prioritaire de Travaux (PPT) de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Pour mémoire, ce programme permet d’obtenir des interventions selon divers plafonds d’investissement pour différents types de travaux, et représentent un pourcentage significatif du coût total du chantier, le solde faisant l’objet d’un emprunt garanti à taux réduit.
Le projet d’extension a bien été admis dans le programme du PPT. Dans le cas présent, le projet devrait s’élever à environ 1.500.000 €. Le montant plafond des subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’élève quant à lui à 1.013.068 € TVAC cette année.

Tanguy Auspert et Anne Barzin, l'Echevine de l’Enseignement, sont particulièrement impatients de voir le projet se concrétiser. Le bien-être des enfants au quotidien, l’amélioration des conditions de travail des enseignants et la qualité de l’enseignement communal constituent des priorités qui ont guidé ce nouveau projet tout en ayant égard à la nécessité de s’intégrer au mieux dans le bâti existant.


Le projet d'extension de l'école de Loyers