Il n'y a pas de petites économies d'énergie


Les actions menées dans de nombreux bâtiments communaux en attestent : économiser l’énergie reste, pour la Ville de Namur, une priorité. Illustration avec la rénovation de la Salle Guisset de Belgrade, haut lieu de la vie culturelle et associative locale qui a vu ses châssis entièrement renouvellés dans le cadre du "Plan Chassis" à l'initiative de Tanguy Auspert, l'Echevin du Patrimoine.



Il n'y a pas de petites économies d'énergie
Comme le prouvent les nombreux chantiers entrepris, ci et là, sur le territoire de la Cité du Bia Bouquet, l’échevin du Patrimoine et des Bâtiments publics a mené à bien durant la législature un projet qui tient particulièrement à cœur.

Isolation, chauffage, éclairage, réfections des toitures, etc. : de nombreux paramètres ont été pris en considération avant de fixer les importants budgets destinés à améliorer les infrastructures mises à la disposition des citoyens. Écoles, salles de sport et autres locaux à vocation culturelle ou associative : de Belgrade à Naninne, en passant par Jambes, Salzinnes et le centre-ville, on a franchement mis le paquet.

Au cours de l’actuelle législature – et l’échevin des Bâtiments est particulièrement fier de ce résultat -, plus de cent vingt chantiers ont été ouverts (et autant de budgets octroyés) à Namur : « Soit trois fois plus que lors de l’exercice précédent. »

Plan Châssis, isolation de la toiture, placement de panneaux photovoltaïques, éclairage et nouvelle chaudière : en divers endroits, il s’agit d’une action combinée. Exemple : « À l’école de Beez, le placement de panneaux photovoltaïques a permis, depuis leur installation, de produire 10 640 kWh d’électricité et de devoir acheter seulement 1 500 kWh. Au total, c’est une économie de 1 808 € qui a déjà été réalisée, en un an ! »

Au théâtre royal de Namur (lieu énergivore par excellence), un nouveau système technologique de régulation de toute l’installation a induit un gain de 14 652 € par an sur la facture d’électricité.

Châssis et tubes fluorescents

Plus de 6 000 m2 : il s’agit du plus grand Plan Châssis jamais lancé en Wallonie. Depuis les premières poses, en 2009, près de 70 % des ouvrages – on est passé du simple au double vitrage – ont déjà été réalisés. Et Tanguy Auspert de citer quelques exemples.

« À l’école de Velaine (Jambes), on a remplacé, en 2007, tout le système d’éclairage (en plaçant notamment des tubes fluorescents, de nouvelle technologie). Gain : +/– 20 % de la consommation. Et, l’année dernière, on a placé les nouveaux châssis. Gain : +/– 15 % de la consommation. »

Mais aussi :« Des résultats tout aussi positifs ont été obtenus dans les écoles de Salzinnes (rues Juppin et de la Colline) et de Naninne ou encore à la bibliothèque communale (impasse des Capucins, à Namur). En quatre ans, l’évolution (à la baisse) des consommations se lit nettement sur les factures de gaz ou de mazout (une différence de plusieurs milliers d’euros). »


Il n'y a pas de petites économies d'énergie