Académie des Beaux-Arts : un superbe écrin !


Les travaux avancent à grands pas à l’école des Beaux-Arts. Une page importante se tourne aujourd’hui puisque tous les élèves sont enfin réunis au sein d’une seule infrastructure.



Hébergés depuis 1921 dans les bâtiments de l’ancien Mont-de-Piété, cela faisait maintenant près de 15 ans que les élèves de l’Académie des Beaux-Arts étaient dispersés dans Namur. Une partie était encore au sein de l’académie alors que l’autre était logée dans l’ancien Mess des officiers. En cause : le manque de place qu’il y avait auparavant à l’Académie des Beaux-Arts et, depuis 3 ans, le début des travaux.

Aujourd’hui, c’est terminé puisque les 1200 élèves inscrits se retrouvent tous désormais au sein d’un seul bâtiment. Le cours de sérigraphie a intégré son nouveau bâtiment depuis la rentrée de septembre, et les ateliers photo et vitrail ont désormais rejoint les locaux rénovés. Le déménagement s’est effectué en deux journées.
Qui dit déménagement dit fin de travaux importants : trois phases sont désormais terminées, dont la nouvelle construction (extension de l’école) et la réfection de nombreux locaux situés pour partie dans les maisons classées.

L'historique
Dès l’entame de la législature précédente, il est rapidement apparu que le site actuel ne permettait plus d’accueillir dans des conditions décentes l’ensemble du pôle « enseignement artistique » de la Ville de Namur vu l’état de vétusté et de salubrité des immeubles de la rue du Lombard.

Dans un premier temps, une mission d’expertise fut confiée en mars 2007 à la SA AIB-Vinçotte afin d’identifier les éventuels problèmes de stabilité de l’édifice ainsi que les risques encourus pour les occupants.

Cette étude confirma le caractère préoccupant de l’état dans lequel se trouvait l’édifice et de la nécessité d’interdire l’accès à une série de locaux compte tenu du risque important en matière de stabilité de certains éléments structurels.

Tout ceci sans compter la perte de 6 classes qui étaient logées provisoirement à l’arrière de la Maison du travail (l’Ilon) et qui avaient déjà trouvé refuge à l’ancien Mess des Officiers de la rue Rogier.

L’étude indiqua également la nécessité d’intervenir dans les plus brefs délais sous peine de voir disparaître définitivement l’un des seuls témoins, avec l’ancien Mont-de-Piété de la Ville de Tournai, de cette activité que fut le prêt sur gage en Wallonie.
Les ateliers de sérigraphie et de vitrail ont alors été évacués d’urgence au Mess des Officiers dans l’attente d’une rénovation en profondeur du site actuel.

En février 2008, le Gouvernement wallon ajoutait les Beaux-Arts aux 91 autres biens inscrits sur la liste des biens menacés de l’Institut du Patrimoine wallon. C’était dire l’urgence…

Face à cette situation, l’option prise par le Collège communal fut de dégager les moyens nécessaires afin de mener à bien un processus de restauration de ce joyau architectural avec pour objectif de maintenir les activités de l’ensemble du pôle « enseignement artistique » de la Ville de Namur à la rue du Lombard.

Une première étape fut franchie par le Conseil communal en date du 21 avril 2008 avec l’approbation du cahier des charges. Quelques mois plus tard, au mois de décembre 2008, les bureaux d’architectes de l’Atelier de l’Arbre d’Or, associés à Baneton Garrino, sont chargés d’étudier le projet de restauration complète des Beaux-Arts.

Un chantier à la hauteur de tous les défis
Quoiqu’il en soit, on peut affirmer sans conteste que ce chantier de grande envergure relève tous les défis.

Il permet tout d’abord de réaliser des travaux colossaux de mise en valeur d’un patrimoine exceptionnel. Pour rappel, l’école des Beaux-Arts a été reprise en tant que monument classé en 1936, ce qui constitue la reconnaissance officielle de la valeur patrimoniale du bien et de l’intérêt de son maintien ainsi que de sa conservation.

Ce chantier permet également aux 1200 artistes confirmés ou en devenir qui le fréquentent chaque jour de s’exprimer, d’évoluer et de vivre sur un site grandiose. Les nombreux couloirs qu’offre l’Académie permettent de dévoiler des expositions hors du commun, tout comme les trois cours extérieures pour le cas des sculptures.



Académie des Beaux-Arts : un superbe écrin !