Les cloches du Beffroi sonnent après 35 ans d'attente


28 août 2017 – Après de longues années de silence, les cloches du Beffroi de Namur résonnent à nouveau. Les travaux de restauration et de remise en fonction des cloches sont maintenant terminés, tout comme ceux relatifs à la toiture et à la charpente.



Le Beffroi, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1999, fait partie des 56 Beffrois de Belgique et de France à être classés de la sorte. Il fut aussi désigné « patrimoine exceptionnel de Wallonie », en 2013.

Un peu d’histoire
Erigé en 1388, le Beffroi s’appelait autrefois la Tour Saint-Jacques. De construction circulaire, solidement appareillée de calcaire, cette tour était la plus haute des trois que comportait l’enceinte médiévale de la Ville. A l’origine tour défensive, elle fut ensuite réaffectée à un usage civil.
C’est en 1782 qu’elle reçoit sa première cloche et prend officiellement le nom de Beffroi, après que la Collégiale Saint-Pierre-au-Château de la Citadelle, qui abritait le clocher servant jusqu’alors de beffroi aux habitants de la Ville fut incendiée.
La cloche qu’abritait le Beffroi avait deux fonctions principales, consacrées par deux sonneries différentes. La première, ordinaire, organisait le temps, en signalant l’ouverture et la fermeture des portes de l’enceinte et en sonnant les heures. La seconde appelait les Notables namurois à se rassembler en des circonstances extraordinaires et donnait l’alarme en cas de danger (incendies ou approche de troupes ennemies par exemple).
Haute d’un peu plus de 20 mètres sous corniche, la tour du beffroi aurait eu à l’époque une hauteur de 114 pieds, soit plus ou moins 33,40 m avec un couronnement crénelé. Elle devait comporter 5 niveaux en tout, non compris la terrasse supérieure à ciel ouvert.
Aujourd’hui, le Beffroi abrite deux cloches placées au 19ème siècle, la plus grosse en 1832, la plus petite en 1841.

Restauration en 2007
Des premiers travaux de sécurisation de l’édifice ont été effectués en 2007 suite au constat inquiétant de l’état des parements en pierre et en briques instables, ainsi que par le mauvais état des toitures et de ses menuiseries. Les travaux eurent pour objet de consolider et réparer les parements ainsi que de réfectionner la toiture. Atteignant un montant total de 25.000 €, ce chantier fut subsidié à concurrence de 95 % par la Fédération Wallonie Bruxelles (Monuments classés).

Les cloches, la toiture et la charpente à l’ordre du jour
Ces derniers travaux visaient à la consolidation de la charpente et de la toiture, ainsi la mise en conformité des systèmes de volée. Une fiche d’état sanitaire complète et un relevé photogramétrique de l’édifice avaient été dressés en 2013 pour pouvoir dresser le projet de réhabilitation des cloches et de restauration des charpentes.

Atteignant un montant de 206.000 € avenants compris, et subsidiés à hauteur de 121.000 € par la Région Wallonne, les travaux ont été confiés à l’entreprise G & Y Liégeois et ont été exécutés en l’espace de 6 mois.
Ils sont aujourd’hui terminés et font la plus grande fierté de Maxime Prévot, bourgmestre de Namur et autrefois Ministre du Patrimoine, et de Tanguy Auspert, l’Echevin du Patrimoine.
La remise en fonction des cloches constitue une véritable résurrection pour le Beffroi. Le système du marteau a été conçu pour faire sonner les cloches toutes les heures, alors que le système de volée a pour vocation de faire résonner les cloches lors d’événements particuliers, comme aux Fêtes de Wallonie qui approchent à grands pas.


Une exposition, reprenant notamment des clichés historiques du Beffroi et des photos sur les travaux récents, est ouverte au public dans la galerie du beffroi du 23 août au 3 septembre (rue du Beffroi, 9).


Les cloches du Beffroi sonnent après 35 ans d'attente