Beffroi de Namur : des subsides de la Wallonie


30.12.2016 – La restauration du Beffroi, repris sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco, débutera en 2017. Le Ministre en charge du Patrimoine, Maxime Prévot, a en effet signé l’arrêté de subsides aux côtés de l’Echevin initiateur du dossier, Tanguy Auspert.



Intérêt patrimonial, historique et culturel
Le Beffroi présente un intérêt certain sur le plan historique, patrimonial et culturel. Il constitue en effet un témoignage plus qu’emblématique des libertés municipales et de l’époque moyenâgeuse. Ces qualités furent d’ailleurs reconnues en 1999 par l’inscription de l’édifice sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2013, il est élu patrimoine exceptionnel de Wallonie


D’une fonction militaire à une fonction civile
Le Beffroi de Namur, qui s’appelait jusqu’au milieu du XVIe siècle « tour Saint Jacques », faisait partie de la 3e enceinte de la ville. Cette tour fut construite sur pilotis – ou reconstruite complètement – entre 1388 et 1393.

Le Beffroi de Namur est une tour de défense militaire réaffectée à un usage civil. Il garde un aspect fortifié que n’ont pas les autres beffrois des Pays-Bas méridionaux. Cependant, il exprime tout autant que les autres, la valeur profondément symbolique de l’autonomie grandissante du pouvoir municipal vis-à-vis de l’autorité ecclésiastique.

A l’époque, la tour aurait eu une hauteur de 114 pieds, soit plus ou moins 33,40 m avec un couronnement crénelé. Elle devait comporter 5 niveaux en tout, non compris la terrasse supérieure à ciel ouvert.

La tour actuelle sous corniche ne fait plus que 20,63 m à gauche de la porte d’entrée, mais on peut penser que la remontée des sols a enterré la tour de plus ou moins deux mètres.

Il n’existerait aucune trace écrite de travaux dans le début du XVIème siècle, mais un croquis du chanoine Masius (ca 1570) montre la tour dans sa silhouette actuelle. C’est vers cette époque que la tour prend le nom de Cloche Porte, ce qui signifie qu’elle devient officiellement le beffroi communal, qui annonce notamment la fermeture et l’ouverture des portes de la ville.

Au début du XVIIIe siècle, la troisième enceinte est entièrement démolie, sauf les vestiges que nous connaissons aujourd’hui, avec les trois tours : Marie Spillart, Cloche Porte et Porte de la Monnaie qui subsistent encore.


Objet de la restauration
Conscient de la valeur de l’édifice, la Ville de Namur a inscrit la mise en valeur du beffroi à son plan stratégique transversal. La restauration du beffroi constitue une première étape de ce programme.
Les travaux subsidiés ont trait à la remise en état de la charpente et de la toiture, et de mettre en conformité les systèmes de volée.
Une fiche d’état sanitaire complète et un relevé photogramétrique de l’édifice avaient en effet été dressés en 2013 ; ce qui a permis de lancer le projet de réhabilitation des cloches et de restauration des charpentes.

C’est l’entreprise G&Y Liégeois SA qui sera chargée d’exécuter les travaux ; et ce, pour un montant de 180.575,56 € TVAC.
L’arrêté de subsides étant désormais officiellement signé, les travaux devraient démarrer début de l’année 2017 et se terminer 5 mois plus tard.
La remise en fonction des cloches constituera une véritable résurrection pour le beffroi. Le système du marteau permettra de faire sonner les cloches toutes les x périodes (toutes les heures par exemple), et le système de volée sera utilisé pour faire résonner les cloches lors d’événements particuliers. De quoi ajouter un charme supplémentaire au cœur de la Ville…



Beffroi de Namur : des subsides de la Wallonie